Le GACEHPA a appris avec beaucoup de tristesse le décès de Simone Veil.

 Nous souhaitons rendre hommage à cette femme engagée qui s’est battue pour faire adopter, en France, en novembre 1974, son texte autorisant l’IVG à la tribune de l’Assemblée nationale.

En refusant de fermer les yeux sur la situation vécue chaque année par des dizaines de milliers de femmes contraintes d’avorter dans la clandestinité et dans des conditions sanitaires dangereuses, Simone Veil a contribué à mettre fin à une profonde injustice.

Grâce à elle, et suite à la mobilisation de la société civile française, la loi autorisant l’interruption volontaire de grossesse a été promulguée en janvier 1975.

Son combat d’hier demeure d’une brûlante actualité. Des opposants à cette liberté accordée aux femmes s’organisent pour attaquer et entraver ce droit fondamental.

Pour cette liberté et ce droit, contre la stigmatisation et la désinformation, le GACEHPA continue à agir pour que toutes les femmes, ici et ailleurs, soient écoutées, et puissent accéder à ce droit de façon pleine et entière.

C’est dans ce souci de respect de ce droit que le GACEHPA affirme sa volonté de sortir l’IVG du Code pénal, de faire disparaître la notion de détresse, de revoir le délai de réflexion de 6 jours et de trouver une solution en Belgique pour les avortements au-delà des 12 semaines.

Une mobilisation pour le droit à l’avortement en Europe aura lieu le 28 septembre 2017 afin de rassembler le plus grand nombre pour rappeler ce droit fondamental.

Continuer le combat est le plus bel hommage que nous puissions rendre à Simone Veil.